Comment faire face à la perte d’un enfant dans une fratrie ?

La mort d’un enfant dans une famille est la chose la plus difficile qu’un être humain peut vivre. En fait n’importe quel parent qui a vécu le traumatisme vous dira la même chose : « c’est impossible de se remettre de la mort d’un enfant. Et l’impact traverse toute la famille. ». Il n’y a pas d’acceptation, simplement une résignation, une tolérance, une acceptation psychologique.( concept d’ « acceptance » in English)

Comment gérer sa propre douleur et celle de ses enfants ?

Le décès d’un enfant, c’est une épreuve destructrice. On va tenter de trouver une explication qui va le lendemain être effacée, pulvérisée par une autre version. On aimerait savoir pourquoi cela est arrivé, mais même les plus claires explications ne ressoudent absolument rien. L’enfant est mort pour toujours.

La meilleure solution quand on traverse une épreuve aussi douloureuse est certainement d’aller voir un psy. Son aide est certainement la meilleure qui puisse exister pour vous et pour toute la famille.

Comment expliquer la mort d’un enfant à son frère ou sa sœur ?

Tout d’abord, il faut autoriser le frère, la sœur, à parler, pleurer et à exprimer sa douleur. Si vous bloquez la parole, le travail de deuil devient impossible.

Chez les enfants, la mort est une chose très difficile à imaginer. Mais soyez-sûr qu’ils ont leur propre idée sur le sujet et qu’ils sont capables comme les adultes de poser leurs propres mots sur ce drame naturel.

Trouver les mots qui apaisent

Les mots sont le seul remède qui apaise les douleurs de la mort. Les frères et sœurs sont des interlocuteurs avec qui vous pouvez partager vos souvenirs, vos émotions. Cela fait du bien à toute la famille et les autres enfants peuvent mesurer la souffrance plus facilement et surtout mieux l’accepter.

Consulter un psychologue

Après la mort d’un enfant, c’est toute la famille qui est fortement déstabilisée, encore plus si les relations sont compliquées à la base. Une bonne initiative est de prendre rendez-vous pour les autres enfants de la famille avec un psychologue.

Un enfant qui perd sa sœur ou son frère a toujours besoin d’un maximum de soutien.

Le dialogue parent/enfant

Dans une situation aussi difficile, les parents doivent rapidement trouver les mots et choisir un axe de discussion qui dépendra de leurs croyances religieuses, de leur culture et même de leur vision personnelle de la mort.

Si cela vous intéresse, vous pouvez approfondir le sujet en découvrant un livre jeunesse  particulièrement bien fait : qu’est-ce que le décès ?

Disponible et en vente sur le site : https://editions-tartempion.fr.

Speak Your Mind

*